Home Info Articles JUSTICE / JACQUES EHOUO RISQUE 20 ANS DE PRISON
JUSTICE /  JACQUES EHOUO RISQUE 20 ANS DE PRISON
0

JUSTICE / JACQUES EHOUO RISQUE 20 ANS DE PRISON

59
0

Poursuivi pour des faits de détournement de deniers publics, faux et usage de faux et blanchiment de capitaux, EHOUO Jacques Gabriel Martial risque 20 ans d’emprisonnement selon le Procureur de la République, ADOU Richard. Une information judiciaire a été ouverte à son encontre ce 10 Janvier, sans mandat de dépôt.

Le Procureur de la République ADOU Richard a ouvert une information judiciaire contre le Député Jacques EHOUO.

Conformément aux dispositions de l’article 92 alinéa 2 de la Constitution Ivoirienne, Jacques EHOUO, au vu de sa qualité de député de la nation ne peut faire l’objet d’une arrestation. Pour ce faire, il faudrait au Procureur ADOU Richard, l’autorisation du bureau de la chambre dont le député est membre, a -t-il expliqué ce matin, au cours d’un point de presse.

En vertu de cette disposition donc, EHOUO Jacques, a été auditionné ce 10 Janvier devant le parquet du Procureur ADOU Richard, mais celui-ci n’a finalement requis contre lui, que l’ouverture d’une information judiciaire. Il a donc été laissé en liberté provisoire. Noël Akossi BENDJO, Maire de la commune du Plateau au moment des faits, lui ne bénéficie pas de cette circonstance atténuante. Un mandat d’arrêt national a été délivré à son encontre. Si les enquêteurs établissent la preuve de son absence du territoire ivoirien, ce mandat d’arrêt national pourrait alors se muer en mandat d’arrêt international.

Les faits

Tout commence le 11 Décembre 2018. Maire intérimaire du Plateau après l’éviction de Noël Akossi BENDJO pour cause de « malversations dans la gestion des affaires de la cité », Monsieur YAPI Jacques, passant en revue les différentes conventions passées par la Mairie du Plateau avec les prestataires de services, découvre de graves dysfonctionnements dans la gestion des finances de la Mairie. Cas le plus frappant, l’entreprise NEGOCE COMMUNICATION (NEG-COM), chargé par la Mairie du Plateau du recouvrement des taxes municipales de publicité et des taxes d’occupation du domaine public, devant reverser 70% des taxes collectées, a détourné, sur la période allant de 2004 à 2017, la somme de 5.142.033.200 F.CFA, informe le procureur

YAPI Jacques saisi donc le parquet d’une plainte contre inconnus à l’effet d’y voir plus claire. Auditionné dans le cadre de l’enquête qui s’en est suivi par la Direction de la Police Économique et Financière, le plaignant a mis en cause les nommés BENDJO Akossi Noël Honoré Charles et EHOUO Jacques Gabriel Martial.  Les enquêteurs qui ont examiné les comptes bancaires de l’entreprise NEG-COM ont découvert que de 2013 à 2018, toutes les opérations de crédit sur les comptes, étaient systématiquement suivies d’opérations de débit par chèque et en espèces parfois effectuées par Jacques EHOUO, alors gérant de la société NEG-COM. Ils ont également constaté que de la période de 2004 à 2017, le montant total des taxes municipales de publicité et d’occupation du domaine public, était de 4.502.916. 000 F.CFA, poursuit-il.  

La mise en rapport de ce montant avec les recettes effectivement reversées à la Mairie du Plateau par la Société NEG-COM de l’ordre de 173.058.800 F.CFA laisse donc apparaître un écart de 3.426.364.440 F.CFA.

En claire, la société NEG-COM, géré par Jacques EHOUO, n’a pas reversé à la Maire du Plateau, alors dirigé par Noël Akossi BENDJO, la somme de 3.426.364.440 FCFA. Une somme, que n’a pas non plus réclamé Noël Akossi BENDJO. De quoi convaincre le Procureur d’une flagrante connivence. Ce qui lui a valu la délivrance d’un mandat d’arrêt à son encontre : « Après moult péripéties, Monsieur EHOUO Jacques Gabriel Martial a accepté de se faire auditionner hier, jeudi 10 Janvier. Conduit ensuite devant mon parquet, j’ai requis l’ouverture d’une information judiciaire contre lui, sans mandat de dépôt et BENDJO Akossi Noël Honoré Charles, avec mandat d’arrêt ».

05 ans d’emprisonnement pour Alain Lobognon ?

L’Honorable Alain LOBOGNON, est poursuivi par le Procureur pour divulgation de fausses nouvelles et incitation à la violence.

Le député Alain Lobognon, anciennement Ministre des Sports, risque une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 5 ans. Il avait publié sur les réseaux la nouvelle de l’arrestation de son collègue député Jacques EHOUO, par le Procureur de la République : << L’assnatci a requis la suspension de la poursuite du Député Ehouo Jacques, en application des dispositions de l’article 92 de la Constitution et de l’article 45 alinéa 3 de son règlement. Malgré cela, le procureur a ordonné l’arrestation de notre collègue>>, avait-il dénoncé.

Une « fausse nouvelle, déplore le procureur, abondamment reprise par les internautes et plusieurs organes de presse en ligne, qui a créé l’émoi et engendré des manifestations ».

Il a donc « instruit la section Recherches de la Gendarmerie Nationale, à l’effet de rechercher l’intéressé, de l’appréhender, et le conduire devant son parquet pour être suivi selon la procédure de flagrant délit des faits de divulgation de fausses nouvelles et d’incitation à la violence, faits prévus et punis par les articles 173, 174,175 et 178 alinéa 2 du Code Pénal ».

Alain Lobognon a aussitôt riposté dans un tweet : « J’ai suivi M. ADOU. Je ne me déroberai point à une quelconque procédure. C’est pourquoi, je me présenterai devant la Brigade de Gendarmerie pour prouver que je ne suis nullement responsable des faits qui me sont reprochés. Il s’agit de faire respecter la constitution de #Ci225 ».

Armand BLEDOU

(59)

LAISSE TON COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'il vous plaît, attendez...

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES INFOS DU MOMENT

Voulez-vous être informé lorsque notre article est publié? Entrez votre adresse e-mail et votre nom ci-dessous pour être le premier à le savoir.