Home Info Articles COTE D’IVOIRE : LE GOUVERNEMENT DE NOUVEAU FAVORABLE A L’ADOPTION INTERNATIONALE DES ENFANTS
COTE D’IVOIRE : LE GOUVERNEMENT DE NOUVEAU FAVORABLE A L’ADOPTION  INTERNATIONALE DES ENFANTS
0

COTE D’IVOIRE : LE GOUVERNEMENT DE NOUVEAU FAVORABLE A L’ADOPTION INTERNATIONALE DES ENFANTS

37
0

Le Conseil des Ministres dans sa session du 24 Octobre 2018, a adopté une communication relative à la levée de la mesure de suspension des procédures tenant à une adoption internationale des enfants.

Mesure exceptionnelle
En Côte d’Ivoire, l’adoption internationale a été mise en veille par le gouvernement ivoirien en mai 2016. A l’époque, de nombreux dysfonctionnements avaient été constatés dans le déroulement des procédures. L’Etat, en attendant la mise en place d’un dispositif légal, compatible avec la dite convention, avait opté pour la suspension pure et simple, de l’enregistrement des dossiers d’adoption, rapporte le communiqué.
Cette décision est une mesure exceptionnelle. Elle vise à garantir les intérêts des enfants concernés par des demandes en adoption internationale. A cet effet, le Conseil des Ministres s’est prononcé en faveur de la mise en place d’un mécanisme à même d’assurer et de veiller au bon déroulement des procédures en la matière. Cependant ce dispositif demeure provisoire, le temps pour l’Etat, de satisfaire entièrement aux obligations imposées par la Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale.

Des failles multiples
C’est en 2014 que la Côte d’Ivoire a ratifié « la Convention de la Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale ».
Un phénomène qui s’est lentement développé après la Seconde Guerre mondiale, jusque dans les années 70, lorsque le nombre de l’adoption internationale a augmenté de façon spectaculaire. La convention de la Haye a donc été élaborée dans le but de prévenir d’éventuels problèmes juridiques et humains graves et complexes. D’autant plus que l’absence d’instruments juridiques nationaux et internationaux montrait l’urgence d’une approche multilatérale. L’objectif final étant que ces adoptions internationales aient lieu dans l’intérêt des enfants et dans le respect de leurs droits fondamentaux.

Quatre (4) ans après l’adoption de la convention, la Côte d’Ivoire connaît des failles dans son application. Le 15 Février 2017, au cours d’une rencontre avec le Département Américain chargé de l’adoption , la Ministre de la Femme, de la protection de la Famille et de l’Enfant , Marietou Koné, reconnaissait l’existe de besoins énormes : « Nous avons un réel problème. Il faut que la Côte d’Ivoire se mette en harmonie avec cette convention au niveau de certains articles. Nous avons besoin d’une bonne base de données, d’un comité national, qui ne soit pas seulement constitué du Ministère de la Protection de l’Enfant et du Ministère de la Justice. Mais que d’autres Ministères interviennent dans le domaine. Il faut une seule structure qui coordonne tout ça pour un bon suivi », (http://news.abidjan.net/h/609774.html).
En 2016, la Côte d’Ivoire enregistrait 225 demandes d’adoption d’enfants, dont 109 internationales. Seulement 28 enfants répondaient aux critères.

Armand Bledou
wilfridarmand@gmail.com

(37)

LAISSE TON COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'il vous plaît, attendez...

ABONNEZ-VOUS POUR RECEVOIR LES INFOS DU MOMENT

Voulez-vous être informé lorsque notre article est publié? Entrez votre adresse e-mail et votre nom ci-dessous pour être le premier à le savoir.